En savoir plus
L'Oustal

Présentation :

Né de la volonté de l’Amicalisme Aveyronnais, cet immeuble est destiné à rassembler en un lieu commun les espaces nécessaires aux activités des 300.000 Aveyronnais de Paris et tous les Aveyronnais d’Ici et d’Ailleurs. C’est un lien supplémentaire entre tout le mouvement amicaliste aveyronnais de par le monde, Paris et le département.
Construit à l’Initiative de la FNAA, il a été financé uniquement par l’épargne des Aveyronnais d’Aveyron et d’Ailleurs sans argent public.

La première pierre de l’Oustal a été posée le 23 décembre 1993, en présence de M. Jacques Chirac, maire de Paris, Jean Puech, ministre de l’Agriculture et Monseigneur Soubrier évêque de Nantes, e (...) Lire la suite >

Marché des Pays de l'Aveyron

Le département de l’Aveyron est riche d’un grand nombre d’entreprises familiales, artisanales ou industrielles concevant et fabriquant des produits de haute qualité. Le Marché des Pays de l’Aveyron se veut être une vitrine de la technicité de ces artisans et producteurs du département. Au cours de cette manifestation, ils viennent faire partager au public leurs passions, traditions et savoir-faire.

A l'initiative de  Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises,   l’association des Producteurs de Pays et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron,  le Marché des Pays de l’Aveyron se ve (...) Lire la suite >

Voir le site

Conférence: «Le Rouergue sous les Armagnacs»

  • Date : 09/05/2022
  • Lieu : Palais du Luxembourg, rue de Vaugirard 75005 PARIS

La Fédération des Aveyronnais d'Ici et d'Ailleurs vous convie le 9 mai prochain à 18h30 à un diner-conférence  dans le cadre prestigieux du  Palais du Luxembourg. Le conférencier, M. Emmanuel Johans, chercheur en histoire du moyen âge à l'Université du Mans, évoquera «Le Rouergue sous les Armagnacs (XIVe siècle)», et plus particulièrement le rôle de ces puissants princes dans l'Histoire de France et locale et notamment dans la genèse territoriale du Rouergue. 

A  l'issue de la conférence,  un repas de qualité sera servi dans le restaurant du Palais du Luxembourg. 

Sur un plan pratique, l'accueil au Palais du Luxembourg se fera pour l'ensemble du groupe le 9 mai à 18h30. Vous devrez présenter votre pièce d’identité. Les sacs seront vérifiés (attention à la taille),  les objets tranchants (couteaux, ciseaux…) sont interdits.

Attention, ne tardez pas à réserver votre place, la date limite est fixée au 28 avril. Les inscriptions sont nominatives.  Aucune inscription et aucun paiement ne seront possibles au delà de cette date, y compris sur place.

Pour vous inscrire (prix de la soirée: 70€ par personne), vous pouvez 

Nous vous remercions aussi de nous aider à faire connaître auprès de vos amis et connaissance cette soirée exceptionnelle. Une affiche est à votre disposition ici.

---

Portrait Emmanuel JOHANS

Pouvez-vous vous présenter (origine, formation) ?

Je suis Maître de Conférences, c’est-à-dire à la fois enseignant et chercheur, en Histoire du Moyen Âge à l’Université du Mans depuis 1999. Originaire du Limousin, j’ai fait mes études à Toulouse. Après l’agrégation d’histoire, j’ai soutenu ma thèse de doctorat à l’Université de Toulouse II.


Comment avez-vous été amené à vous intéresser à l'Aveyron (Rouergue) ?

Quand on fait ses études à Toulouse, on est souvent amené à s’intéresser à l’histoire dense de l’Aveyron. Mon sujet de DEA portait sur le réseau paroissial dans l’ouest du Rouergue. Pour ma thèse, mon directeur le regretté Professeur Maurice Berthe spécialiste de la fin du moyen âge m’avait proposé de chercher un sujet dans le fonds d’Armagnac déposé aux Archives départementales du Tarn-et-Garonne à Montauban et jusqu’alors peu exploité. Sous Louis XIV, ce fonds avait été constitué afin de rassembler une grande partie des archives de la principauté d’Armagnac s’étendant en Gascogne mais aussi en Rouergue.

Le fonds s’est révélé extrêmement riche pour la partie rouergate. Les registres d’hommages auxquels je me suis spécialement intéressé sont très fournis et commencent dès la fin du XIIIe siècle, alors qu’ils ne débutent qu’un siècle plus tard pour la partie gasconne. Maurice Berthe qui avait travaillé sur les bastides du Rouergue et leurs chartes de coutumes m’a confirmé l’abondance exceptionnelle des sources rouergates sur le Moyen Âge tardif et m’a encouragé à me concentrer sur cette documentation hors-norme.

Vous venez de sortir un livre qui reprend et complète votre thèse. Qu'est-ce qui vous a amené à faire ce choix ?

Ma thèse portait sur le comté de Rodez et la vicomté de Creissels. Le comté ruthénois comprend le tiers central de l’Aveyron de la Truyère au Tarn. La vicomté de Creissels près de Millau, qui appartient à une branche cadette des Armagnacs, les Fézensaguet, englobe le secteur au sud du Tarn et la baronnie de Roquefeuil qui s’étale sur les Cévennes méridionales. Les dimensions de la zone d’études m’avaient poussé à resserrer la chronologie de 1304, date de son incorporation dans les domaines de la maison d’Armagnac, à 1391, date de la mort du comte Jean III lors d’une expédition en Italie.

Mais les conclusions de ma thèse montraient que le système administratif assez perfectionné reposant sur la féodalité et un milieu d’officiers développé était déjà en place au moment de l’arrivée des Armagnacs. J’ai donc poursuivi mes investigations sur la période du dernier comte autochtone Henri II. En outre, les livres d’hommages deviennent singulièrement copieux sous le principat de Bernard VII de 1391 à 1418. Celui-ci fait connaître aux Armagnacs une puissance inédite et accède au gouvernement du royaume sous le titre de Connétable à l’époque troublée de la guerre civile contre les Bourguignons et de la reprise de la guerre de Cent ans contre les Anglais. Ainsi mon livre couvre un temps plus long de 1274 à 1418, qui permet de mieux comprendre l’ascension de cette dynastie princière qui doit beaucoup au Rouergue.

J’ai aussi considérablement approfondi l’étude des familles de vassaux qui prêtent allégeance au prince, ce qui m’a amené à dresser des tableaux généalogiques. La noblesse rouergate occupe une place essentielle dans l’entourage comtal. Mais le Rouergue a également donné de nombreux prélats qui jouent le rôle d’intermédiaires entre les comtes et la papauté d’Avignon. La bourgeoisie, notamment celle de Rodez, est très présente à la cour princière et fréquemment dotée de fiefs. Mon livre présente cette société politique rouergate particulièrement étoffée.


Ces dernières années, les médiévistes tendent à faire évoluer la vision du Moyen Âge dans le grand public. Ce n'était donc pas les temps obscurs ?

Le Moyen Âge prépare et fait émerger sans grande rupture les temps modernes. A partir de l’an mil, l’Occident connaît une croissance lente mais longue, partiellement interrompue par les crises multiformes du XIVe siècle qui sont plus une phase de mutation. Les marchands rouergats continuent manifestement à s’enrichir. La région, bien connectée à l’espace méditerranéen, a pu être préservée des affres de la guerre jusque dans les années 1370. La construction de l’Etat monarchique se poursuit, en surmontant les difficultés et en se nourrissant des impôts justifiés par la guerre. De plus elle laisse une place à une forme de décentralisation des pouvoirs incarnée par les Etats princiers comme celui des Armagnacs. Princes combattants et créateurs d’institutions étatiques, les comtes armagnacais exercent leur autorité et protègent les habitants du comté ruthénois. Souvent présents à Rodez ou au château de Gages, à la tête d’une cour fastueuse, ils font entrer le Rouergue dans la modernité.

Pour obtenir l’ouvrage de M. Johans, on peut s'adresser aux éditions des Aigles : editionsdesaigles chez gmail.com, ou encore à la librairie L'appel du Livre sur son site en ligne dans la rubrique Contact en bas de page. (Prix 30 euros + port)

Photos associées