En savoir plus
L'Oustal

Présentation :

Né de la volonté de l’Amicalisme Aveyronnais, cet immeuble est destiné à rassembler en un lieu commun les espaces nécessaires aux activités des 300.000 Aveyronnais de Paris et tous les Aveyronnais d’Ici et d’Ailleurs. C’est un lien supplémentaire entre tout le mouvement amicaliste aveyronnais de par le monde, Paris et le département.
Construit à l’Initiative de la FNAA, il a été financé uniquement par l’épargne des Aveyronnais d’Aveyron et d’Ailleurs sans argent public.

La première pierre de l’Oustal a été posée le 23 décembre 1993, en présence de M. Jacques Chirac, maire de Paris, Jean Puech, ministre de l’Agriculture et Monseigneur Soubrier évêque de Nantes, e (...) Lire la suite >

Marché des Pays de l'Aveyron

Le département de l’Aveyron est riche d’un grand nombre d’entreprises familiales, artisanales ou industrielles concevant et fabriquant des produits de haute qualité. Le Marché des Pays de l’Aveyron se veut être une vitrine de la technicité de ces artisans et producteurs du département. Au cours de cette manifestation, ils viennent faire partager au public leurs passions, traditions et savoir-faire.

A l'initiative de  Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises,   l’association des Producteurs de Pays et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron,  le Marché des Pays de l’Aveyron se ve (...) Lire la suite >

Voir le site

Cercle des Aveyronnais de Marseille

  • Fondé en 1884
  • Thèmes : Culture, Généalogie, Histoire
  • Adresse : Marseille 13000 Marseille
  • Prise de contact

Cercle des Aveyronnais de Marseille 

Tout d'abord, c'est par une lettre manuscrite adressée à Robert Lhez (premier président de la Fédération en 1947) que nous apprenons que ce groupement fut fondé en 1884 par des « compatriotes venus pour la plupart de l'arrondissement de Saint-Affrique ». Ce courrier, écrit en avril 1952, nous permet de saisir un bref historique de cette association qui se constitue avant même la loi de juillet 1901 !

A la fin du XIXe siècle, Marseille est une ville qui rassemble un nombre important de communautés (Suisses, Italiens, Arméniens, Grecs, etc…voir les travaux de l'historien Emile Témime). C'est dans ce contexte qu'est publié un appel, tenant sur quatre lignes d'un encart intitulé « Communications et Avis Divers », du journal Le Petit Marseillais en date du 13 décembre 1884. Cet encart laisse la place à une variété de groupements avec des vocations diverses : touristique, politique, professionnelle et donc d’originaires. En ce qui concerne, les « Aveyronnais » leur groupement est indiqué comme étant « en formation ». Un autre journal, Le Petit Provençal, relaie l’information de la même manière. Parmi les personnalités fondatrices de ce mouvement, les deux dont il a été possible d'obtenir le plus de renseignements, à ce jour, sont Gustave Salvan (1860-1937) et Léopold Constans (1845-1916). Si le dernier - né à Millau - a été professeur de littérature à la faculté de lettres d'Aix-en-Provence et surtout majoral du Félibrige, le premier - originaire de Montlaur - fut un commerçant (de la rue Rouvière) élu au conseiller municipal de Marseille. 

Par conséquent, Gustave Salvan suit les pas d'un autre pionnier de l'amicalisme aveyronnais à Marseille : le docteur Léon-Paul Bélugou (1862-?). En effet, ce dernier - après avoir soutenu sa thèse en médecine en 1896 à Montpellier - obtient un mandat d'élu politique sur la liste du premier maire socialiste de Marseille, Siméon Flaissières.

Surtout, en 1907 Monsieur Roualdès - ancien président de l'Amicale de Constantine et rédacteur des P.T.T. en retraite - arrive à Marseille et fait ainsi le lien avec les amicales aveyronnaises d'Afrique du Nord. A la suite de cela paraît en juin 1909 le premier numéro du bulletin mensuel de L'Union aveyronnaise : bulletin mensuel des sociétés aveyronnaises de France et des colonies. Durant plusieurs mois, cette nouvelle institution tente ainsi de faire le lien entre les regroupements d'aveyronnais(e)s établis sur le pourtour méditerranéen avec les amicales présentes à Paris. Un des objectifs à peine caché de l'Union étant la coopération économique.

Dans Le Petit Provençal du 29 septembre 1912 un long article revient sur l’histoire de « Marseille et l’Aveyron » en mettant à l’honneur André de Fabrègues (1869-1940) le président du Cercle.

Le Petit Provençal du 29 septembre 1912 - RETRONEWS

 

 

Informations complémentaires

Amicale disparue.

Source(s)

  • La Correspondance Aveyronnaise - organe des Aveyronnais du dehors, 1re année n° 1 (20 févr. 1892), Bibliothèque nationale de France, Paris, En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb32748598j/date
  • Union aveyronnaise : bulletin mensuel des sociétés aveyronnaises de France et des colonies, 1re année, n° 1 (juin/juillet 1909), Bibliothèque nationale de France, Paris, En ligne : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/cb328831042/date.item
  • Bulletin mensuel du Cercle des Aveyronnais de Marseille, 1re année, n° 1 (1er mars 1934), Bibliothèque nationale de France, Paris, https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb32730695n
  • Le Cercle des Aveyronnais de Marseille (1884-1952) - Historique” par Marcel Pastre, Archives de la Fédération des Aveyronnais d'ici et d'ailleurs, Paris.
  • Sur Léon-Paul Bélugou : https://maitron.fr/spip.php?article77509, notice BÉLUGOU Léon, Paul par Justinien Raymond, version mise en ligne le 30 mars 2010, dernière modification le 16 novembre 2022.

Album photo