Un Etendard dans un pré en Aveyron

Dans la vallée du Lot, en cherchant un peu, on peut observer, au beau milieu d’un domaine agricole, un véritable étendard IV M.

C’est absolument inimaginable, inconcevable, et pourtant il est bien là, devant une ferme d’Aveyron, en plein champ, sur le haut des célèbres coteaux d’Estaing.

Monsieur Claude Griffoul a acheté cet appareil partiellement démonté il y a deux ans. Les ailes et la voilure ont été enlevées pour le transport par semi-remorque, puis réassemblées patiemment sur place, avec l’aide d’un ami, Pierre Costes. Le montage a pris plusieurs mois.

Voici l’histoire de cet avion d’attaque léger, construit par Dassault.

Lors de la construction de l’étendard IV M, de grands projets sont prévus pour cet appareil.

La Marine Nationale est intéressée, et demande une version adaptée à l’emploi depuis ses porte-avions. Pour cela, l’appareil a dû subir quelques modifications, comme le renforcement de la structure, l’ajout d’une perche de ravitaillement en vol, l’agrandissement du nez pour y loger un radar, la mise en place d’un siège éjectable avec parachute et canot gonflable.

Cet avion de chasse est construit en 69 exemplaires, sur une période de 5 ans de 1960 à 1969. Celui-ci porte le numéro 60. Il était destiné à être embarqué à bord de porte-avions comme Le Foch ou le Clémenceau, basés à Toulon.

Quelques chiffres : 3400 chevaux, 14,50 mètres de longueur, 10 mètres de large au niveau des ailes, 11 tonnes avec l’armement et le combustible. Il faut donc un beau champ pour installer cet avion !

Pouvant voler jusqu’à une vitesse de 1100 km/heure, cet Etendard a participé à toutes les campagnes effectuées par les porte-avions auxquels il était attaché, avant d'être retiré à l'aube des années 2000.

Un ancien pilote vient, un jour, revoir l’appareil qu’il pilotait. C’est ainsi qu’il explique avoir amené cet avion numéro 60, à New-York, pour l’exposer sur le pont du porte-avions américain " Intrepid ".

Cet avion est aussi une star car il est utilisé pour le tournage du film "Le ciel sur la tête " , film sorti en 1965. On peut y voir l’avion sortir de l’ascenseur du porte-avions et s’envoler.

Monsieur Griffoul est un collectionneur passionné. Il pourrait vous parler de son avion pendant des heures, vous montrer la liste des 40 avions détruits, et le catalogue comportant 1480 pages.

Pourquoi une telle passion ?

Tout d’abord Monsieur Griffoul passe le concours de l’Armée de l’air à 16 ans, mais ne pouvant être admis avant 17 ans, il décide d’orienter sa vie autrement sur les conseils de son proche entourage. Toute sa vie, il pensera à cette carrière qu’il aurait aimé poursuivre.

Ensuite, c’est un collectionneur. Il possède d’innombrables collections d’objets divers, et se passionne pour les compteurs de radioactivité, les briquets, les sucres de bar, les disques 33 tours… et bien d’autres choses.

En photo, une machine à alambic

Maintenant, son rêve serait d’ajouter un mirage 3C ou un Alpha jet à sa collection. Monsieur Griffoul est à la recherche d’une aide extérieure sérieuse pour atteindre son objectif.

 

 

Corinne Delattre Chavanon

Partagez