Sophie Cépière met son activité au service de la communauté

Dans ce contexte difficile, les entreprises cherchent par tous les moyens de faire fonctionner leurs outils de production en trouvant des solutions alternatives , notamment grâce à la fabrication de masques de protection, pour faire face aux difficultés financières que la situation sanitaire imposent.

C'est le cas de Sophie Cépière, responsable d'une entreprise familiale à Maleville en Aveyron spécialisée dans la filière laine, qui oeuvre habituellement dans la création de vêtements féminins indémodables.

On ne peut que féliciter ces initiatives sur le territoire aveyronnais.

Alain Marcillac

 

Je suis née de sept générations de tisserands, tailleurs, bonnetiers et filateurs aveyronnais. Avec Ghislain, mon mari, nous avons « tricoté » notre destin à l’épreuve de la vie, sans jamais perdre le fil de l’amour de la maille, des matières naturelles, sans jamais de concession sur la qualité de notre travail, toujours fidèles aux valeurs transmises.

Nous sommes installés à Maleville depuis 2012, nous résistons depuis des années contre les diktats de la mode. Cette année, enfin la tendance est à la mode Ethique ! Pour nous, depuis toujours c’est naturel et évident de faire du beau en faisant du bien. 

Nous partons du fil en Lin (produit en France), ou en Laine et ensuite nous créons la maille, et le modèle, la coupe à la main, la confection et la vente.

J’ai beaucoup de chance de travailler avec une équipe fiable en toute complicité : nous formons notre personnel à nos techniques de couture dans la maille.

Nos clients sont des particuliers qui peuvent acheter dans notre boutique d’atelier à Maleville ou sur notre site www.sophiecepiere.com et des boutiques qui revendent notre marque en Bretagne, Paris, Lyon, Caen, Strasbourg, Angleterre, Allemagne…

Notre entreprise déjà fragile n’aurait pas pu survivre à cette période de fermeture pour le confinement. Nous avons donc mis notre savoir-faire à disposition de la fabrication de masques barrières en tissus et sur-blouses en tissus, pour la mise au point nous avons scrupuleusement respecté le cahier des charges des normes AFNOR.

Mon savoir-faire m’a été transmis et je ressens profondément la mission de le transmettre à mon tour, je mettrai le temps qu’il faut, et je passerai par là où il faut pour sauver notre entreprise. Je suis persuadée que cette épreuve douloureuse va éveiller encore plus de conscience à la mode durable, à la qualité Française et locale.

Entre nous j’ai hâte de pouvoir me remettre à créer de nouvelles collections…

Partagez