Rencontre avec Christine Sabrié-Lelong, des racines bien ancrées et une tête bien sur les épaules

1/ Bonjour Christine, présentez-vous en quelques mots ? Question simple et pourtant pas facile. Je répondrai de manière généalogique : - Une petite fille de 4 aveyronnais issus de 3 villages : Campouriez, Condom d’Aubrac, Entraygues sur Truyère. Ils étaient montés à Paris pour travailler dans les Cafés- Bougnats. - Une fille de Georges et Yvette qui sont nés à Paris juste avant la guerre et qui ont été vite confiés pour les mettre à l’abri à une nounou ou une grand-mère en Aveyron. Ils se sont mariés à Pantin où ils ont repris le Café Tabac des parents de maman et y ont fait carrière. Certains de leurs clients parlent encore de l’une de leurs spécialités : La Morue à l’Aveyronnaise. A la retraite, l’appel de l’Aveyron s’est ressenti et depuis ils vivent à Entraygues où j’aime me ressourcer. - Une sœur d’Odile qui vit dans le Lot. - Une épouse de Pierre rencontré lors d’un banquet chez Delbor (lieu mythique de l’Amicalisme) où il officiait. Et bien non ce n’était pas un Aveyronnais mais un Mayennais (mon arrière grand-mère aurait pu en parler, mais cela serait trop long) dont les parents étaient venus travailler à Paris dans le monde de l’Hôtellerie. - Une mère d’Antonin et Anne-Laure deux jeunes adultes dont nous sommes fiers. En fin d’étude à Amsterdam puis Londres dans le Domaine de la Santé pour l’un et Monitrice Educatrice dans le domaine de l’handicap pour l’autre. Attachés à leur famille, à nos départements, aux traditions, ouverts sur L’Europe et sur le Monde. - Une femme, psychologue - psychothérapeute partageant son temps entre son cabinet et un Ehpad à Pantin, aimant travailler auprès des personnes de 3 à 102 ans

2/ Entre un métier prenant et du bénévolat dans des associations, que faites-vous pour décompresser ? J’aime cuisiner, ouvrir mon frigo, mes placards et préparer un repas avec ce que j’ai. J’aime être avec ma famille, mes amis et passer des moments de simplicité. Pour décompresser, j’aime marcher au bois de Vincennes, pendant les vacances dans des espaces sauvages, la campagne, la montagne, la mer. Je crois que mon bain de jouvence c’est un horizon dégagé (Aveyronnais je crois que vous voyez ce que je veux dire). Et depuis quelques mois je redécouvre la lecture plaisir et m’octroie quelques instants d’évasion grâce à de fabuleux auteurs.

3/ Justement, qu'est-ce qui vous a amené à l'amicalisme ? Qu'est-ce que cela vous a apporté ? Je dirais plutôt "Qui m’a amenée à l’Amicalisme?" Mes parents, mes grands parents, ma vie en région parisienne. Pourrais-je dire par mimétisme ? Mais qui sait, n’y a-t-il pas une part de génétique ? Dans tous les cas, je ne m’en souviens pas mais je suis sûre d’avoir entendu des bourrées, des ambiances de banquet dans le ventre de maman. Dans tous les cas de la petite fille qui jouait entre les tables avec sa sœur et ses cousines, de l’adolescente aidant son papa trésorier, je suis devenue la trésorière et aujourd’hui la co-présidente au côté d’Alain Roucous de L’Amicale d’Entraygues-Le Fel-Ginolhac. Qu’est ce que cela m’a apporté ou m’apporte ? Une grande famille, des racines, du vrai et une bouffée d’Aveyron à Paris !

4/ Auriez-vous des idées, des pistes pour amener les jeunes à l'amicalisme ? Difficile de répondre à cette question que de nombreuses personnes se posent depuis de nombreuses années. Les amicales ont été créées pour répondre à un besoin ? Aujourd’hui quels besoins ont les jeunes ? Qu’attendent-ils de l’Amicalisme ? Et il faut différencier les jeunes nés en Aveyron montant à Paris pour leurs études ou le travail et les jeunes de la 2ème, 3ème génération voire 4ème. J’aurais presqu’envie de dire continuons à faire vivre et évoluer nos associations pour que nos traditions restent vivantes et qu’un jour des jeunes y trouvent ou créent ce qu’ils recherchent.

5/ Un dernier mot ?

La roue tourne.

 

Mais encore...

 

Portrait chinois :

  • Si vous étiez un style de musique, vous seriez : classique
  • Si vous étiez un film, vous seriez : Sully de Clint Eastwood
  • Si vous étiez une fleur, vous seriez : une pivoine
  • Si vous étiez un animal, vous seriez : une chatte
  • Si vous étiez un objet, vous seriez : une couette
  • Si vous étiez une personnalité, vous seriez : Simone Veil
  • Si vous étiez une couleur, vous seriez : le bleu
  • Si vous étiez un sport, vous seriez : la natation
  • Si vous étiez un métier, vous seriez : une couturière

 

Partagez