Pâques à Marrakech pour la Bourrée Montagnarde

Jeudi 29 mars, 25 folkloristes de la Bourrée Montagnarde se retrouvent à l’aéroport d’Orly pour s’envoler vers le Maroc afin de participer au 1er Festival Mondial de Folklore de Marrakech.

Accompagné par Hasna la jeune hôtesse marocaine de 20 ans, tout sourire en tenue traditionnelle, le groupe visite Marrakech dès le lendemain : le palais Bahia, qui signifie « la belle, la brillante » est d’une richesse insoupçonnée : les plafonds de bois peints à la main de motifs multicolores et les murs décorés de véritable dentelle de stuc, mélange de plâtre et de poussière de marbre, font l’admiration de tous. Construit en 1900, avec 150 pièces, plusieurs jardins plantés d’orangers, palmiers, grenadiers, et sa grande cours bordée d’arcades d’un bleu et blanc éclatants, le palais Bahia fût le plus somptueux et le grand palais du Maroc ainsi que la résidence du Maréchal Lyautey et de ses officiers, pendant le protectorat français au Maroc.

Les souks sont une découverte pour beaucoup ! Les ruelles étroites où circulent mobylettes, vélos, carrioles poussées ou motorisées chargées de marchandises, obligent à prêter attention à tout instant ; les stands colorés où sont alignées les babouches et les épices en forme de cônes, les céramiques aux dessins géométriques et les lampes marocaines aux multiples facettes, les étoles de soie et coton tissées font le bonheur des photographes ; certains se perdent dans le quartiers des tanneurs aux mauvaises odeurs d’autres dans le quartier des volailles à l’ hygiène douteuse. Un groupe flâne sur la place des épices où les vendeuses assises à même le sol les accrochent pour leur vendre un chapeau fait main, puis consomme un jus d’orange frais au goût incomparable, pendant que d’autres folkloristes visitent le jardin Majorelle ou le musée de Marrakech.

Les deux soirées de folklore ont lieu sur la très célèbre place Jemaa El Fna à l’ambiance si particulière ! Très célèbre place publique de la médina, la place Jemaa el-Fna « place des trépassés », est un haut-lieu traditionnel populaire animé, notamment la nuit, inscrit au patrimoine culturel immatériel et au patrimoine mondial par l'Unesco. []Les folkloristes se frayent un chemin pour atteindre le podium, au milieu des étals de fruits, des charmeurs de serpents, des hommes en djellaba qui espèrent une photo avec leur singe contre quelques Dirhams, et retrouvent les folkloristes Anglais, Russes, Polonais, Espagnols, Tunisiens, Ecossais, Suisses, Sénégalais et bien sûr Marocains, ainsi que 4 groupes français qui représentent la Bretagne, la Normandie et l’Auvergne. Installé dans un espace réservé dont les tentures vertes et rouges, couleurs du drapeau marocain, la Bourrée Montagnarde patiente en dégustant un thé à la menthe et quelques délicieux gâteaux marocains. Lorsque les folkloristes montent sur le podium, la place Jemaa El Fna est noire de monde, peuplée de Marrackchis qui flânent à la tombée de la nuit et de touristes venus passer Pâques au soleil. Les danses s’enchaînent avec des bourrées de caractère et d’imitation, quelques explications sur les costumes, un air de cabrette soutenu par l’accordéon et une bourrée finale aux foulards bleus blancs et rouges qui résume le passage de la France dans ce premier festival mondial de folklore.

Le défilé des groupes sur la grande Avenue Mohamed VI de Marrakech est impressionnant : l’accueil des marocains fait chaud au cœur : les spectateurs très nombreux massés sur le trottoir prennent des photos, demandent des poses avec les enfants, de larges sourires sont offerts, quelques cris de « vive la France » sont scandés, et des applaudissements chaleureux tout au long du parcours à la vue du drapeau français ! La France et le Maroc entretiennent d’excellents rapports culturels et économiques, le français est la première langue étrangère enseignée dans les écoles marocaines, et de nombreux marocains ont de la famille installée en France : les marocains aiment la France, les folkloristes le voient, le ressentent et apprécient leur chaleureux accueil !

La soirée de gala du dimanche de Pâques a lieu « chez Ali », véritable complexe des « mille et une nuits » ; la Bourrée Montagnarde et les 15 autres groupes assistent à une fantasia lors du dîner sous les tentes berbères : de magnifiques étalons arabes richement ornés galopent à l’unisson, chevauchés par des cavaliers en djellabas flamboyantes armés de fusils à poudre. Au terme du galop effréné toutes les détonations des fusils se confondent en un seul coup de tonnerre sous les applaudissements du public. Belle nuit qui restera dans les mémoires de tous !

Le chaud soleil du printemps, l’appel du muezzin lancé 5 fois par jour du haut du minaret de la Koutoubia, édifice religieux construit au XIIème siècle, les souks sombres et poussiéreux si typiques, le couscous et le tajine goûteux, le thé à la menthe versé en hauteur symbole d’hospitalité et de convivialité, les jus d’orange pressés devant les touristes, les larges sourires édentés, les habits traditionnels des hommes chaussés de babouches, les mobylettes transportant hommes, femmes et enfants, les carrioles chargées tirés par un âne, les calèches astiquées transportant les touristes, les cireurs de souliers, les chameaux conduits par les bédouins marocains, tels sont les ingrédients d’un fabuleux séjour à Marrakech pour les folkloristes de la Bourrée Montagnarde qui, sans nul doute, garderont un beau souvenir de ce Festival Mondial à Marrakech !

Partagez