Décès de Pierre Devouard, Administrateur de la FAIA ce vendredi 17 mai, la cérémonie religieuse aura lieu le 28 mai 2024 à 10h à l'église Saint Etienne, 5 place de l'Eglise à Issy-les-Moulineaux (92130) suivie de l'inhumation au Cimetière de Malakoff, 33 Boulevard Stalingrad (92240). Lien

En savoir plus
L'Oustal

Présentation :

Né de la volonté de l’Amicalisme Aveyronnais, cet immeuble est destiné à rassembler en un lieu commun les espaces nécessaires aux activités des 300.000 Aveyronnais de Paris et tous les Aveyronnais d’Ici et d’Ailleurs. C’est un lien supplémentaire entre tout le mouvement amicaliste aveyronnais de par le monde, Paris et le département.
Construit à l’Initiative de la FNAA, il a été financé uniquement par l’épargne des Aveyronnais d’Aveyron et d’Ailleurs sans argent public.

La première pierre de l’Oustal a été posée le 23 décembre 1993, en présence de M. Jacques Chirac, maire de Paris, Jean Puech, ministre de l (...) Lire la suite >

Marché des Pays de l'Aveyron

Le département de l’Aveyron est riche d’un grand nombre d’entreprises familiales, artisanales ou industrielles concevant et fabriquant des produits de haute qualité. Le Marché des Pays de l’Aveyron se veut être une vitrine de la technicité de ces artisans et producteurs du département. Au cours de cette manifestation, ils viennent faire partager au public leurs passions, traditions et savoir-faire.

A l'initiative de  Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises,   l’association des Producteurs de Pays et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron,  le Marché des Pays de l’Aveyron se ve (...) Lire la suite >

Voir le site

Actualité | 11-04-2024

Numa AYRINHAC, d'Espalion à la Casa rosada (Article du Zine 2023)

Numa AYRINHAC, d'Espalion à la Casa rosada (Article du Zine 2023)

Parmi les brillants artistes ayant fait rayonner l’Aveyron à l'international, Pierre Soulage est souvent le plus connu par les Aveyronnais eux-mêmes, les Français et les étrangers. Cependant, lorsque l’on se tourne vers l’Amérique du Sud et plus précisément en Argentine, où la culture aveyronnaise y tient un fief privilégié, la ville de Pigüé, la réponse est différente.

Numa Camille AYRINHAC, né le 5 septembre 1881 à Espalion, fait partie des Aveyronnais ayant embarqué pour l’aventure Pigüé. Alors qu’il n’a que 7 ans, sa famille prend le bateau pour Pigüé, rejoignant ainsi les premiers émigrants aveyronnais partis en 1884, 4 ans plus tôt.

Le jeune Numa montre, très jeune, un certain talent pour le dessin et, avec le soutien de sa famille, il est pris sous l’aile d’Ernesto de la CARCOVA, directeur du musée des beaux-arts de Buenos Aires. Ce dernier l’aidera à intégrer l'Académie des Beaux-Arts de Paris au début du XXe siècle et sera admis à la société des artistes français qui comptait parmi ses membres les plus célèbres, Gustav.

En 1916, après avoir été blessé au front durant la Première Guerre mondiale, il rentre en Argentine et se fait peintre de la bourgeoisie locale. Il réalise la statue de Clément Cabanettes qui trône sur la place principale de Pigüé depuis 1925. Numa Camille AYRINHAC retourne en France à trois reprises entre 1926 et 1937 pour rejoindre ses parents revenus à Rodez. Ces voyages lui permettent de réaliser des peintures des villages de Saint-Côme-d’Olt, Espalion et Estaing.

À la fin de l’année 1937, il retourne en Argentine et se consacre à la peinture de portraits et de paysages de la Pampa argentine. Il sera ensuite repéré par Eva Perón, épouse du Président Juan

Domingo Perón élu en 1946. Elle fait de lui son peintre officiel et celui de son mari. Il obtient la nationalité argentine et est nommé directeur du musée des beaux-arts de Buenos Aires, poste qu’il occupera jusqu’à sa mort, le 23 mars 1951.

Numa Camille AYRINHAC est un peintre académique figuratif, qui tend à représenter les sujets de peintures tels qu’ils sont. Il aime conserver l’esprit et les émotions que lui renvoient l’architecture, les paysages et les personnes qu’il peint, en gardant leurs aspects traditionnels. Ces thèmes de prédilection sont les villages médiévaux aveyronnais de la Vallée du Lot, dont il exposera ses toiles lors d’une exposition en 1937 à Buenos Aires.

Les paysages ouverts de la pampa argentine deviennent aussi un thème important de sa production.

Il fut enfin portraitiste et conquit le cœur de plusieurs grandes familles bourgeoises de Pigüé avant de faire celui des locataires de la casa rosada : les Domingo Peron. Pour Eva Peron, il réalisera entre autres le portrait qui fera la couverture de son livre autobiographique La razón de mi vida ainsi qu’un célèbre portrait du couple présidentiel actuellement exposé au musée du Bicentenaire de Buenos Aires.

Numa Camille AYRINHAC fut un des piliers de la relation entre l’Argentine et la France. Ses œuvres sont principalement exposées en Argentine, à Pigüé, où l’artiste y avait construit sa maison, transformée en fondation, ainsi qu’à Buenos Aires pour ses portraits du couple Domingo Perón. Des expositions sont également organisées régulièrement, notamment en Aveyron avec l’aide de l’Association Rouergue-Pigüé. Un livre biographique en français et espagnol, Numa Ayrinhac, de la France à la Pampa de Maria Laura Litre Valentin a également été publié en 2009 et a permis de rédiger ce court article.

Laure ZARB-LACOMBE

Album photo