En savoir plus
L'Oustal

Présentation :

Né de la volonté de l’Amicalisme Aveyronnais, cet immeuble est destiné à rassembler en un lieu commun les espaces nécessaires aux activités des 300.000 Aveyronnais de Paris et tous les Aveyronnais d’Ici et d’Ailleurs. C’est un lien supplémentaire entre tout le mouvement amicaliste aveyronnais de par le monde, Paris et le département.
Construit à l’Initiative de la FNAA, il a été financé uniquement par l’épargne des Aveyronnais d’Aveyron et d’Ailleurs sans argent public.

La première pierre de l’Oustal a été posée le 23 décembre 1993, en présence de M. Jacques Chirac, maire de Paris, Jean Puech, ministre de l’Agriculture et Monseigneur Soubrier évêque de Nantes, e (...) Lire la suite >

Marché des Pays de l'Aveyron

Le département de l’Aveyron est riche d’un grand nombre d’entreprises familiales, artisanales ou industrielles concevant et fabriquant des produits de haute qualité. Le Marché des Pays de l’Aveyron se veut être une vitrine de la technicité de ces artisans et producteurs du département. Au cours de cette manifestation, ils viennent faire partager au public leurs passions, traditions et savoir-faire.

A l'initiative de  Fédération Nationale des Amicales Aveyronnaises,   l’association des Producteurs de Pays et la Chambre d’Agriculture de l’Aveyron,  le Marché des Pays de l’Aveyron se ve (...) Lire la suite >

Voir le site

Actualité | 17-12-2020

La Grande Guerre – Les Poilus de Figeac de Pascal Mallet

Il y a un peu plus de 100 ans sonnait la fin de la “Grande Guerre” qui avait pris la vie de millions de jeunes hommes, dont 1.400.000 Français, dans des conditions épouvantables. L'Europe est sortie de cette guerre bouleversée et affaiblie pour très longtemps. Dans les années qui suivirent, chaque ville et village de France a voulu ériger un Monument aux Morts pour honorer ces hommes qui avaient laissé ceux qu'ils aimaient et étaient allés dans le Nord et dans l'Est de la France défendre leur pays contre l'envahisseur. Certains sont même partis bien plus loin, sur le front oriental. Sur ces monuments, on peut voir que beaucoup étaient de la même famille et parfois de la même fratrie. Dans la France rurale et encore peu industrialisée du début du XXe siècle, ce sont les paysans qui ont payé le plus lourd tribut à cette guerre. Les campagnes ont été saignées à blanc et certaines familles se sont retrouvées sans descendants à qui transmettre ces terres qu’elles cultivaient depuis tant d’années. Ce livre est avant tout un livre sur la guerre de 14-18 et sur les forces en présence, avec de nombreuses illustrations. L’auteur a choisi d’en parler à travers 223 Poilus qui ont combattu dans toutes les grandes batailles (Bertrix, les Vosges, la Marne, l’Artois, Verdun, la Somme, le Chemin des Dames) jusqu’à l’offensive victorieuse de juillet 1918 qui a conduit à l’Armistice. Leur nom est gravé sur les Monuments aux Morts de Figeac, mais ils venaient aussi d'autres communes du Lot et de l'Aveyron et parfois de bien plus loin.

Bon de commande ici